Pêche du black Bass à la mouche dans les Landes


La frai étant terminée, je me suis rendu sur un des étangs prospectés depuis peu sur la côte landaise. Un cadre bucolique, un endroit isolé et peu fréquenté. Peu d’activité visuelle en ce début de mois de juillet mais les poissons devraient être à l’affût. La saison estivale étant arrivée, les températures écrasantes de cette semaine et la frai bien terminée, ce poisson vorace et sportif (mais assez lunatique en somme) devrait succomber à quelques une de mes mouches embarquées à bord du float-tube. Trois heures de pêche intensive m’auront permis de sortir quelques poissons maillés… et fraîchement repartis dans leur milieu naturel comme toujours, après la pose photo habituelle. OB

Vue imprenable sur l’un des étangs côtiers découvert ces derniers temps. Plusieurs hectares sont à découvrir, le float-tube me permettant d’accéder aux différents postes à prospecter avec la canne à mouche. Il est 7h00 du matin. Il fait déjà 22°C sur ce magnifique plan d’eau. Photo OB

Quelques minutes sont nécessaires pour monter le matériel. Vue du Fish Cat Deluxe tout juste gonflé, accompagné de ma canne à mouche de marque SCIERRA et de son moulinet Large Arbor. Une canne à action de pointe progressive rapide qui m’accompagne depuis de nombreuses années maintenant. Je pêche essentiellement avec une WF 7F Taper Bass qui me permet de propulser des mouches volumineuses en un laps de temps sans à avoir réaliser d’innombrables « faux-lancers ». Photo OB

Popper perso utilisé ce matin. La coque est renforcée à l’époxy 5 minutes, de couleur brune. Voici une de mes meilleures mouches réalisée pour attraper ce poisson sportif. C’est une mouche artificielle que j’utilise dans la plupart des plans d’eau. Un « pop » est entendu lorsque la mouche est tirée par saccade sur l’eau dont le bruit a pour but de dérouter le bass sur le leurre. Une imitation de gros scarabé dont le poisson est friand. Photo OB

Patience et récompense ! Un jeune poisson pris au popper. Généralement, je patiente quelques minutes non loin des bordures à observer des chasses éventuelles. La frai est bien finie, les poissons ont besoin de reprendre des forces et se jettent sur les insectes en surface et jeunes alevins qui nagent entre deux eaux. Il suffit de mettre sa mouche dans les remous observés et généralement le bass ne se fait pas attendre et surgit sur le leurre. Un poisson aux couleurs étincelantes piqué au bord des lèvres qui repartira dans l’eau aussitôt capturé. Photo OB

C’est en bordure qu’il faudra venir chercher les blacks bass pour les y déloger. Des caches nombreuses où les poissons sont à l’affût du moindre mouvement sur l’eau. Il n’est pas rare d’apercevoir de petits gobages sur ces poppers où le poisson viendra aspirer le leurre en surface. Photo OB

Des pins maritimes d’une trentaine d’année viennent agrémenter le cadre idyllique de ce magnifique plan d’eau. Les cigales m’auront accompagné durant une bonne partie de la matinée. Nous sommes bien en période estivale et l’été se faire ressentir. Avec des températures frôlant les 38°C ces derniers jours. Photo OB

Lorsque les poissons deviennent capricieux, j’utilise un leurre plus discret comme ce Pik9 Water Pup de couleur olive. Les couleurs sont variées là encore sur ce type de mouche réalisé en poil de cervidé. Les couleurs naturelles sont un plus. En somme, une grosse mouche volumineuse dans l’eau, représentant un alevin. Plusieurs poissons maillés (30 cm) auront été attrapés avec ce type de leurre plutôt efficace. Photo OB

Celui-ci n’aura pas mis longtemps à attraper ce leurre. Des couleurs flamboyantes, des black bass en pleine santé qu’il faut protéger et donc relâcher quel qu’en soit la taille. Photo OB

La nage est assez fluide. Lorsque le leurre est gorgé d’eau, il aura tendance à prendre vie à quelques centimètres sous la surface. On tricotera doucement la soie et on surveillera la pointe si le leurre reste immergé. Néanmoins difficile à apercevoir si la risée est apparente ! L’attaque est franche en général, j’ai pu capturer la plupart de mes poissons avec cette mouche ce matin. Photo OB

Remise à l’eau d’un poisson supplémentaire au bord du float-tube. Celui-ci repartira une fois de plus rejoindre les siens, après quelques instants de combat. Photo OB

Ne pas hésiter à utiliser de gros leurres pour attraper ce joli poisson peuplant les étangs landais. Il n’en fera qu’une bouchée si il est affamé… Mais le rechignera si l’envie de mordre ne s’en fait pas ressentir. Surtout, relâchons ce fabuleux poisson sportif qui fini trop souvent dans l’assiette de nombreux prédateurs. OB  Photo OB

Black Bass Fly Fishing :

Black Bass Fighting :

About these ads
Ce contenu a été publié dans Pêche du carnassier, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Pêche du black Bass à la mouche dans les Landes

  1. Ping : Pêche du black Bass à la mouche dans les Landes | Passions – Aéro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s