TEMPETE 2009 dans les LANDES


 

Triste désolation ce samedi 24 janvier. Il est 04h15 du matin. Le vent se lève subitement nous réveillant des bras de Morphée, nous rappelant cette forte dépression qui avait été annoncée la veille via les informations télévisées. Nous pouvons dire que Météo France avait vu juste, au moins cette fois-ci !

La tempête a soufflé jusqu’en milieu de journée avec des vents d’une rare violence, nous rappelant celle de décembre 1999… mais plus centrée cette fois-ci sur les Landes et la Gironde. Un vent sourd balayant tout sur son passage et déjà les coupures de courant se sont faits ressentir. Mais ici, à la maison, nous n’avons pas subi de dommages importants. Oui, nous avons vraiment eu de la chance !

Mais les dégâts sont considérables dans toute la région. Des voitures endommagées, les niveaux des cours d’eau ont augmenté ces derniers temps avec des pluies incessantes, les crues se sont amplifiées avec ces trombes d’eau. Pour ne rien arranger, des milliers d’arbres sont jonchés sur le sol, des lignes électriques et téléphoniques sont hors-service. Des toitures sont arrachées et des caves sont inondées. Il n’y a plus d’électricité pour plus de 200 000 personnes dans les Landes, avec des coupures d’eau.

Je me suis donc rendu au travail cet après-midi. Il fallait bien relever les collègues dont certains avaient passé plus de 16 heures de temps sur leur lieu de travail. Il fallait bien qu’ils rentrent à leur domicile eux aussi. Je me suis donc avancé avec prudence pour me rendre au travail en empruntant les grands axes routiers. Soit la quatre voies me séparant de Dax pour rattraper la départementale 947 qui permet de rejoindre la Nationale 10. Une route bien aménagée et sûre en temps normal empruntée par des centaines de véhicules quotidiennement. Quelle désolation et quel désastre ! Des centaines d’arbres étaient couchés sur la route, certains n’étaient retenus que par les lignes téléphoniques ou électriques. Ils étaient fin prêts à tomber au sol.

J’ai utilisé mon camescope afin de pour pouvoir filmer cette catastrophe naturelle en « Live ».

Une pensée pour les sinistrés – qui une fois de plus – vont avoir du pain sur la planche en attendant les assureurs.

Voilà quelques photos prises ce matin relatant les faits d’hier. Des vents de 175 km/h ont balayé la Côte Atlantique. Des milliers d’arbres étaient couchés en bordure de routes. Soit déracinés, soit sectionnés au niveau du tronc…

Les photos en ligne, elles resteront à jamais ancrées dans nos mémoire… OB

Des pins déracinés par la force du vent ce samedi matin. Des milliers d’arbres semblables à celui ci jonchent les routes dans toute la région Aquitaine. Photo OB

Un désastre écologique. Des hectares de pins décimés le long des routes nationales et départementales. Photo OB

Mon garage où les plaques de zinc se sont envolées inéluctablement face à la force du vent relativement soutenu. Il en est de même pour la maison. Photo OB

On ne parle même plus d’étêtage ici, les vents ayant dépassé les 175 km/h par endroit, un scénario catastrophe était bien réel ! Une vision apocalyptique ! Photo OB

« KLAUS » n’aura fait qu’une bouchée de la pinède landaise en guise de son passage.   Photo OB

Des kilomètres de câbles téléphoniques et électriques ont été littéralement arrachés et mis hors-service. Photo OB

La Midouze à Tartas est sortie de son lit engloutissant tout sur son passage. Photo OB

Seule une voiture nous rappelle qu’il y avait bien un parking ici ! Photo OB

Un spectacle lugubre, difficile à accepter, la réalité est déconcertante. Trois personnes ont perdu la vie dans le département. Photo OB

Le camping « Les Vignes » situé sur la commune de Lit-et-Mixe a complètement été soufflé par la tempête « KLAUS ». Et cela, 5 jours après son passage. Photo OB

Les dégâts ont été considérables sur la route du Cap de l’Homy. Photo OB

Un camping dévasté qui témoigne de la force du vent qui a balayé la Côte landaise la semaine dernière. Photo OB

Une maison inondée, plus loin dans les terres landaises : la tempête n’a rien épargné dans le département une fois de plus. Comme à Tartas… Photo OB

La Midouze n’a cessé de monter ces derniers jours au centre-ville. Photo OB

Le parking est complétement inondé. Bien triste désolation en effet en ce début d’année 2009 dans le Sud-Ouest de la France. On remerciera tous les corps de métier qui se sont démenés pour nous permettre de circuler librement et en totale sécurité. Merci à eux et que Dieu nous garde… OB  Photo OB

Une vidéo supplémentaire est aussi disponible : TEMPETE 2009 – Le littoral landais après le passage de KLAUS

Advertisements
Cet article, publié dans Tempête dans les Landes, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour TEMPETE 2009 dans les LANDES

  1. Alexandre dit :

    Quel reporter !!! Tu m’impressionneras toujours…
    Alexandre

    J'aime

  2. Lucie dit :

    Quel beau reportage ! Nous sommes tristes de réaliser à quel point la nature peut être dévastatrice. Nous prévoyons nous rendre dans ce coin de pays au mois d’août prochain. En quittant Bordeaux pour se rendre à Biarritz, est-ce que la forêt Landaise est détruite sur tout son trajet ou si on parle de quelques kilomètres ? Et Bordeaux ? Est-ce que la ville est un champs de bataille ? Merci de me répondre.
    Lucie de Boucherville, Québec

    J'aime

  3. elodie dit :

    Bonjour, pour répondre à Lucie, prendre la route de Bordeaux au Pays basque, c’est le bon itinéraire pour voir l’ampleur des dégâts ! Enormément d’arbres sont tombés : ça en est même incroyable ! Merci pour ce reportage.
    Elodie

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s