Le Salto Electro de Michel Clavier Modélisme


En exclusivité sur le blog de Passions – Aéro ! Voici la première vidéo officielle des premiers vols effectués par le Salto Electro de Michel Clavier Modélisme. Planeur motorisé de 4 mètres d’envergure, nous vous présentons la nouveauté MCM de l’année 2013. Vous qui probablement avez été conquis l’an passé par les performances voilières du Kestrel 19 Electro 3.50 m, succomberiez-vous de nouveau cette année au charme inconditionnel de ce planeur de voltige qui vient de naître dans les ateliers MCM ? Réalisation Passions – Aéro

Décollage vertical et spectaculaire du Salto Electro 4 mètres de Michel Clavier Modélisme lors de la rencontre Vol De Pente de Mâcon 2013. Le Salto Electro de Michel Clavier qui n’est pas encore immatriculé réalise l’exploit de terminer à la troisième place lors du concours libre maquette « jugement statique ». Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo. Photo MCM du jeudi 9 mai 2013

Sa particularité ? Pesant 4750 grammes, le Salto Electro est capable de décoller à la verticale et ce, en toute sécurité puisque Michel Clavier propose comme à l’accoutumé une motorisation électrique adaptée et ultra performante (set de propulsion Robbe Roxxy…). Planeur électrique très polyvalent, il possède des performances thermiques bien réelles et le Salto sera capable de rivaliser avec les meilleurs modèles actuels du commerce. Niveau voltige, la solidité et la légèreté de la voilure ainsi que la vivacité sur tous les axes autorisent toutes fantaisies possibles et inimaginables. Grâce au taux de montée méphistophélique lors du décollage vertical (consommation statique en mode booster : 75 ampères. Puissance : 2200 watts), il sera possible – en quelques infimes secondes – de sortir le Salto Electro de toutes les situations difficiles… Autre bonne surprise de l’année, la nouvelle cinématique des ailerons (en les braquant vers le haut de 60°) permet de bénéficier d’aérofreins d’un mètre de longueur favorisant la descente parachutale du modèle, rendant ainsi l’atterrissage très facile sur une surface de terrain très réduite.

Concernant le décollage vertical, un mode opératoire expliquant la procédure à suivre est aussi livré avec le Salto Electro MCM

Excellent gratteur avec un taux de chute extrêmement faible, le Salto Electro 4 mètres MCM reste aussi un planeur de voltige très simple et amusant à piloter… Photo MCM du jeudi 9 mai 2013

Tout comme l’essentiel de la gamme MCM, le Salto Electro s’adresse à tous pilotes maîtrisant le pilotage 3 axes. Livrable en trois versions, le montant de la première variante (version du kit de base à montage rapide) s’élève à 650 euros. Le temps de travail avant d’effectuer le premier vol est restreint puisque l’assemblage du Salto s’avère très avancé. Pour le tarif des autres versions disponibles et proposées par Michel Clavier (version montée & entoilée au Vinyl blanc – version « clé en main » (avec le pack de propulsion et servos installés)), n’hésitez surtout pas à le contacter. En option sont vendus le pack de motorisation brushless/Lipo Robbe Roxxy 6-8 S et le pack de servos HV S-BUS Futaba à pignons métal.

Les premiers exemplaires de Salto Electro prêt à voler sont déjà commandés ! Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Photo MCM du 21 juin 2013

En guise de conclusion, ce modèle devrait indubitablement faire parler de lui dans les prochains mois à venir… OB

CARACTERISTIQUES GENERALES :

– Envergure 4 m  Longueur du fuselage : 1.77 m  – Profil utilisé : SB 1.8.118

– Charge alaire : 60 g/dm²  – Masse du Salto équipé & prêt à voler : 4750 g

Advertisements
Cet article, publié dans Planeur RC, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Le Salto Electro de Michel Clavier Modélisme

  1. Arnage dit :

    Un sacré modèle, j’ai juste peur quant à son coût !
    Jean-Claude

    J'aime

  2. Ping : Anonyme

  3. Burl P. Nash dit :

    J’ai deux collègues possédant des Stingray, un en version normale, l’autre Heavy Slope. Pour chiffrer un peu l’atterrissage, la vitesse mesurée avec GPS dans les planeurs a donné une vitesse sol, en temps calme (peu de vent), de 40 à 45 km/h heure au moment de la pose. En vol c’est magnifique, ça vole très vite, mais ils ont été surpris par le comportement pas si « vicieux » de la machine. Très belle ligne, vraiment jolie à voir.
    Burl

    J'aime

  4. dbs911 dit :

    Hello Olivier,
    Le décollage vertical d’un modèle de 5 kg est une con…ie, la moindre baisse de puissance, rupture mécanique ou électronique durant les 3 ou 4 premières secondes entraine un crash irrémédiable. On voit bien sur la vidéo que la vitesse très (TROP) réduite au décollage ne permet pas une efficacité suffisante (en sécurité) des gouvernes. Alors oui pour la puissance (et je suis plutôt un adepte du style avec par exemple un Backfire 1 de 2600 W et 1600 g) mais là c’est pas très sérieux car l’accélération est trop faible et ne laisse pas de place a l’erreur ou la panne.
    A bientôt.
    dbs911

    J'aime

    • Olivier BRUNI dit :

      Michel bonjour,
      La peur reste le premier frein à l’innovation ! Lancer seul un grand planeur dont le fuselage est assez ventru – bien à plat – n’est pas donné à tout le monde. Moi-même le premier, je pense que j’en serai totalement incapable. Qui d’entre nous n’a jamais constaté de nombreuses casses lors du lancer (manque de vitesse et le modèle finit au sol ou lors de la mise des gaz, le planeur échappe de la main du lanceur et se retrouve souvent à la quasi verticale, sans gouvernes et là ça fait mal !!!) Avec un gros fuselage et à partir d’un certain poids si l’on n’est pas un très bon lanceur, c’est un peu la roulette russe… le lancer vertical ne peut s’envisager que si la traction moteur est très supérieure au poids du modèle, et le planeur (même si ce n’est pas visible sur les vidéos) décolle sans qu’il soit nécessaire de le lancer. On ne fait que l’accompagner et le guider dans la bonne direction. Les gouvernes sont immédiatement efficaces. Il faut effectivement des éléments de propulsion très fiables et le matériel (Robbe/Roxxy) sélectionné et utilisé par MCM le sont réellement – avec notamment, un axe moteur de 6 mm permettant un serrage puissant du cône d’hélice. Mais de plus, si on se conforme à la procédure à suivre concernant la mise en l’air du Salto MCM lors du décollage vertical (notice publiée aujourd’hui et apparente sur l’article que j’ai mis en ligne) – par sécurité – le pilote ne devrait pas se trouver dans le plan de rotation de l’hélice (contrairement au lancer à plat ou l’hélice passe parfois bien prêt de la figure du lanceur) et cette méthode pour lancer ce planeur radiocommandé de 4 mètres d’envergure semble être de loin, la plus sûre… une méthode que les futurs possesseurs de Salto Electro devraient adopter. OB

      J'aime

      • dbs911 dit :

        A la lecture de la notice, MCM indique qu’il faut décoller vent dans le dos, tu m’étonnes ! C’est le vent qui le remet à plat avant le décrochage… Ok, j’exagère c’est mon côté sudiste. Néanmoins, pourquoi ne pas le lancer à plat plein pot avec une telle puissance ? Et face au vent… en cas de soucis, il termine au sol à plat … Il est vrai que lancer un 4 m même motorisé est difficile et risqué quand on est seul (et j’en ai eu l’amère expérience). Le décollage vertical est à réserver à des motorisations bien spécifiques avec de la traction et peu de vitesse car 2200 W pour 5 kg, c’est seulement 450 W/Kg. En tout cas, c’est spectaculaire mais de là à être la méthode la plus sûre … En tout cas, si il y a un problème, cela ne pardonnera pas. Une question, quelle est la masse de la chaîne de motorisation ? Bons vols
        dbs911

        J'aime

  5. Olivier BRUNI dit :

    Le diamètre du fuselage du Salto est assez important rendant le lancer traditionnel (lancer horizontal) à bout de bras très difficile, voire impossible. Uniquement à la pente, face au vent et sans l’utilisation du moteur. Je le répète une fois de plus, la meilleur des façons de pouvoir lancer ce planeur sans prendre de risques inutiles est le décollage vertical qui a été testé de nombreuses fois par Michel Clavier avant d’être validé. Quant à la masse de la chaîne de propulsion, elle est d’environ 1200 g. Pour des questions plus techniques, tu peux contacter Michel par mail. OB

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s