Eurotour FAI – La Muela F3F 2014


Au côté de Pierre Rondel, Matthieu Barrabes nous emmène à l’Open International F3F de La Muela (Espagne). Cliquer sur l’image pour visionner l’album photos de Matthieu. Photo MB

Culminant à 960 mètres d’altitude, La Muela est un plateau situé sur la commune espagnole d’Alarilla faisant partie de la province de Guadalajara et de la communauté autonome de Castilla-La Mancha. Les images originales de la rencontre sont signées Aubry Gabanon. MB

Le mercredi :

Ayant décidé de participer à ce concours le 17, 18 & 19 avril 2014, c’est après 544 km de route que mon père et moi sommes arrivés sur les lieux de la compétition le mercredi 16 avril (le concours se déroulant sur trois jours du jeudi au samedi). Nous voilà sur le site tant attendu sur les coups de midi et nous y retrouvons une ribambelle de plaques d’immatriculation françaises. On descend pour dire bonjour et je retrouve quelques camarades de jeu que j’avais vu lors de la coupe de France à Panât dans l’Aveyron (Pierre Rondel, Philippe Lanes, Cédric Grandseigne, Jean-Bastien Deguelle, Andréas Fricke, Aubry Gabanon) ainsi que trois nouvelles têtes (Matthieu Mervelet, Fred Hours et Sébastien Lanes, le fils de Philippe). Photo MB

Après avoir pris notre collation, je monte le Pike et décide d’aller voir sur la pente sud si les conditions sont là ! Il n’en est rien ! Pas d’air, le soleil est présent mais il manque l’ingrédient principal pour le déroulement d’une compétition de 3F : le vent. Quelques pilotes ont jeté leur planeur et malgré l’absence d’Eole, les pompes sont là et elles sont de taille quand on y est dedans. Cette journée a permis à quelques pilotes d’aller au trou et de voir de spectaculaires remontées (dont une remarquable de Pierre) qui après avoir fabriqué de l’huile, a réussi à trouver le chaudron qui lui permis d’avoir son Needle 115 au niveau des yeux et de pouvoir poser en toute tranquillité. Fin de la journée de mercredi. Le soir, c’est tous ensemble que nous sommes allés manger à Guadalajara ! Cerveza, tapas et match de foot (finale coupe du Roi entre Madrid et Barcelone) sont au menu. Photo MB

Le jeudi :

Après une nuit de sommeil agitée (certainement due au stress qui montait petit à petit), nous sommes les premiers français à arriver sur le plateau et nous retrouvons nos amis hispaniques en train de monter l’installation pente nord pour pouvoir lancer le concours sur les coups de 10h00 du matin. Photo MB

Comme la veille, les conditions de vol ne sont pas réunies et c’est sous un soleil de feu que nous attendons impatiemment que ces dernières fassent leur apparition ! Le matin se résuma par du vol en F3K, de l’électrique et des discussions dans la joie et la bonne humeur avant d’attaquer le repas. Dans l’après-midi, aucune amélioration et les vols libres du matin continuèrent, le concours étant annulé pour la journée ! Photo MB

Le vendredi :

Rebelote, les conditions sont les mêmes que le jeudi : installation pente nord, vol libre le matin pour voir la météo changer au fur et à mesure de la journée (on m’avait dit que La Muela réservait son lot de surprise…). Vers midi, un gros nuage noir nous cache du soleil. Ahhh ! Enfin un peu d’ombre, le voyant arriver depuis quelque temps, nous avions préparé les planeurs pour les ranger en cas de pluie… De grosses gouttes d’eau nous tombent dessus et les Formule 1 des airs sont mises à l’abri. Suite à cette météo capricieuse, nous perdons en l’espace de 10 minutes, 5°C de température, le temps que le barbecue géant refasse son apparition. Effectivement, c’est avec 28°C que nous avons passé les trois premiers jours du périple. Dans l’après-midi, le vent tourne au sud et l’organisation – qui je tiens à le préciser fut extrêmement réactive tout le long du week-end – changea les bases pour les passer versant sud ! Photo MB

Le vent forcit et le DC (directeur de course) décide de lancer le concours ! Ahhh… Enfin, nous allons pouvoir en découdre ! Seulement, après une manche incomplète, les conditions passèrent à l’ouest, décidément… Le DC décide d’interrompre la manche pour délocaliser pente ouest, suite à la validation en vol par certains pilotes : les conditions de vol sont bien établies (dont encore Pierre) malgré une descente au trou d’Alvaro Silgado avec son Pike pour se poser 200 mètres plus bas sans bobo pour le planeur ! Photo MB

Les manches reprennent. J’ai le temps, je passe en milieu de manche. Le stress monte au fur et à mesure que mon tour approche : ça y est, c’est bientôt mon tour ! Je me prépare, cinq pilotes sont devant moi. Je contrôle tous les débattements et je me place derrière le pilote qui me précède pour me mettre les bases en tête. Les genoux commencent à claquer… Le pilote finit son vol et le bip d’autorisation de lancer le planeur sonne. Matthieu Mervelet et ses bras de bûcheron me lance le planeur et me voilà confronté à moi-même. Ayant vu le vol du pilote précédent, j’ai remarqué que la bulle se trouvait légèrement sur ma droite pour me permettre une prise d’altitude en 30 secondes. N’ayant pas de décompte des 30 secondes, mon lanceur vient m’annoncer qu’il me reste 10 seconde pour rentrer en course. Let’s Go ! Je fais mon run avec un temps moyen. Fin de la manche et Sébastien Lanes est en tête avec un temps parfait de 38 secondes et finit avec le 1000. Les conditions sont encore là ! Une seconde manche est lancée et se termine comme il se doit. Plutôt bien… Suite à une erreur de ma part, je crame mon régulateur de tension à cause d’une splendide inversion de polarité qui ne me permettra pas de voler après, ni même le lendemain car je n’avais pas de régulateur d’avance. Photo MB

Que cela ne tienne, tout le monde vient à mon secours pour trouver une solution et voilà que Matthieu (Mervelet) me dit : « j’ai des régulateurs fabriqués par Andréas Frickes qui se montent indépendamment sur chaque servo que tu connectes en HV directement au récepteur, mais il va falloir faire de la soudure ce soir !! » Nous rentrons à l’hôtel sur les coups des 20h30 et nous allons vite fait manger pour nous attaquer à la réparation. Photo MB

Début des hostilités avec le planeur ! Fred prépare le matériel pour souder, je démonte tous les caches servos, on soude tout le bazar et contre tout attente, ça ne fonctionne pas !! Etant équipé de servomoteurs MKS 6125 de taille mini dans les ailes, ces derniers grognent et s’échauffent rapidement. On appelle le maître en électronique, Andréas, pour voir d’où vient le problème et malheureusement, nous n’avons toujours aucune réponse à notre question. Matthieu me dit : « Attends, j’ai du NIMH dans la caisse, on va essayer avec ça ». On dessoude le tout, on branche l’accumulateur NIMH et youpi, ça fonctionne. Allez savoir pourquoi ! Photo MB

Le lendemain, on se retrouve tous sur la pente. Matthieu et moi-même finissons de préparer le planeur pour la journée : installation de la batterie et vérification du centrage… Le vent orienté sud est bien présent. La journée se passe sans encombre (mis à part quelques planeurs explosés contre les cailloux) et nous arrivons à faire 6 manches. Sur une manche, les français sauf moi bien évidemment font un tir groupé autour des 35 secondes et moi, je suis à 39 secondes ! Enfin, c’est quand même pas mal car faire son premier sub 40 en FAI, ça donne de bon espoir pour la suite ! Photo MB

Fin de la journée : remise des trophées et les frenchies sont à l’honneur avec les quatre premières places prises par : 1er Matthieu Mervelet, 2ème Sebastien Lanes, 3ème Andreas Fricke et la 4ème Aubry Gabanon. Sept français dans le Top 10, y’a du niveau ! Quant-à-moi, je finis à la vingtième place sur les trente-sept pilotes qui ont participé à cette compétition, ce qui est plutôt bien pour un premier FAI. Photomontage MB

Pour finir, je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont conseillé pour réussir et surtout à l’aide apportée pour résoudre mon souci. J’ai pu découvrir une face du modélisme où l’entraide, le partage et la bonne humeur ne sont que trop rarement mis à l’honneur pour ainsi permettre à de petits nouveaux comme moi de se joindre à des ténors de cette discipline… Photo MB
Matthieu Barrabes

Matthieu, ton compte-rendu est vraiment parfait ! Tes débuts en F3F sont prometteurs et te voilà bel et bien lancé dans le vol de compétition avec les meilleurs pilotes qui concourent dans cette formidable discipline. Que ce soit pour le vol de loisir ou de compétition, l’entraide et le partage est important dans la pratique de l’aéromodélisme. De plus, tu as la chance d’être très bien entouré. Tu as trouvé sur ces terres espagnoles une nouvelle famille qui a su te donner de multiples et très bons conseils pour les prochaines compétitions à venir. Une occasion inespérée ! Féru de technique et te connaissant personnellement, je sais que tu vas très vite progresser… Oui Matthieu, cela dit tu le savais déjà, tu es vraiment un grand chanceux ! OB

Publicités
Cet article, publié dans Planeur RC, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Eurotour FAI – La Muela F3F 2014

  1. FURET André dit :

    Bravo Matthieu,
    Je vois que cette discipline te plaît et que tu apprécies la sympathie des compétiteurs et l’ambiance.
    Amicalement,
    André

  2. matthieu dit :

    Effectivement André, cette discipline me plaît énormément et je suis motivé pour la suite !!
    Matthieu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s