Le LAK-17B de Michel Clavier Modélisme


Présentation du LAK-17B FES de Michel Clavier Modélisme. Réalisation et montage Passions – Aéro

Photos GF 1920 X 1080 pixels OB du 08 août 2015

Piloter sans appréhension un grand planeur radiocommandé de 6 mètres d’envergure est devenu facile avec le LAK-17B FES de Michel Clavier Modélisme. Cliquer sur l’image pour découvrir l’album photos réalisé par Passions – Aéro. Photo Noël

Lors de mon deuxième séjour vol en montagne qui s’est déroulé en Savoie en ce bel été 2015, Michel Clavier Modélisme – aujourd’hui le plus ancien fabricant français de modèles réduits volants de loisir – avait souhaité me démontrer les vertus de son dernier né de la gamme MCM. C’est donc à 1500 mètres d’altitude, sur les hauteurs de Chambéry (73) et plus précisément à la Féclaz que j’ai découvert sa dernière nouveauté ! Après avoir déjeuné le midi en famille au chalet du Sire, me voilà enfin prêt à en découdre avec ce jeune premier. Retenons tout simplement qu’en cette belle après-midi ensoleillée du samedi 08 août 2015, ce Lak-17B FES m’aura tout simplement émerveillé ! Photo OB

C’est un planeur tout de blanc vêtu doté de grandes oreilles à ses extrémités qui m’a été présenté ! Vers 15h00, après une sieste salvatrice bien méritée, nous avons tous les deux fait connaissance sur une aire goudronnée faisant office d’aire d’envol improvisée. Il fait 24°C, le temps est bien ensoleillé et Michel Clavier est à pied d’oeuvre. Pilote très méthodique, cet homme très attentionné prépare consciencieusement son petit protégé. Les conditions de vol nous sont favorables et dans quelques instants, cette grande Cigogne blanche devrait très vite décoller… Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Photo OB

Gaston est dans la cabine, c’est le pilote d’essai officiel des grands planeurs de la firme MCM. M’enfin… Jusqu’à ce jour, il l’était ! Car Gaston, c’est toute une histoire, une vie à part entière que beaucoup d’entre vous ont connu sur les terrains de modélisme. Souvenez-vous, Gaston prenait place à l’époque dans le cockpit du Crystal 5 mètres ! Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Photo OB

« Gaston est un personnage tête-en-l’air, plus inconscient que gaffeur, qui vit dans un autre monde. Il refuse de grandir et le monde réel est très cruel pour lui, au point de le déprimer profondément ». Mais Gaston aurait-il gaffé ? Et bien non, il a tout simplement été enlevé ! Pris en otage, il avait disparu de la circulation pendant de nombreuses années. Gentiment prêté à un individu sans scrupule qui avait acheté un ASW 22 à Michel Clavier Modélisme, ce personnage emblématique de la bande dessinée a été laissé pour mort lorsque le modèle a été revendu à un autre modéliste de la région… Depuis, Gaston n’avait jamais redonné quelconque signe de vie à son véritable propriétaire qui y tenait comme à la prunelle de ses yeux. Mais heureusement, il peut compter sur l’amitié d’un certain modéliste ! Nous l’avons retrouvé la veille et sommes donc allés le récupérer. Ce pilote de planeur émérite est bien connu dans la famille des GPR. Aujourd’hui encore, ce jeune garçon est divinement remercié, car sans Gaston, il aurait été impossible de décoller ! Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Photo OB

Haut sur patte, le Lak-17B FES s’affirme ! Il est beau, élégant et a été conçu uniquement pour le vol thermique par un père dévoué pour la bonne cause : accrocher la plus infime des bulles de convection ! Le profil de l’aile utilisé est un SB 127.33 évolutif dessiné par Serge Barth. Ce modèle a la particularité de présenter un moteur électrique brushless dans le nez doté d’une hélice à pales repliables (Front Electric Sustainer). Il est la fidèle reproduction du planeur grandeur lituanien existant. Equipé d’une grande roue de diamètre 127 mm dans une boîte de train à dégagement total, il est aussi capable de décoller sur une piste en herbe bien rase. Tiens, ça tombe plutôt bien, car l’herbe ne manque pas dans les alpages savoyards. Mais bénéficiant d’une piste en dur à proximité, il aurait vraiment été dommage de ne pas en profiter. Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Photo OB

Pourvu d’un moteur brushless de 2000 watts et coiffé d’une hélice à pales repliables 17X10 Cam-Carbon Aeronaut, le moulin est alimenté par 2X4S Lipo 3600 mAh montées en série. Ce dernier développe une puissance d’environ 1100 W à 6500 tr/min et consomme 37 ampères au sol. Six minutes d’autonomie moteur sont assurées pour garantir au Lak-17B FES plusieurs montées consécutives en toute sérénité. Un pack Lipo 2S 1800 mAh est utilisé à la réception. Pas de régulateur de tension embarqué à bord puisque les six servos qui prennent place dans le modèle sont tous des Futaba HV S3172 SV. Très gaillards, ils supportent allègrement le 7.4 volts sans rechigner. Photo OB

Le décollage tant attendu est imminent ! Alors que le moteur tourne à plein régime, Michel maintient le stabilisateur horizontal du bout des doigts histoire de s’assurer que le planeur partira bien droit, dans l’axe de la piste. J’ai moi-même eu la chance un peu plus tard de réitérer l’opération. Rien de plus facile ! Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Photo OB

Après avoir lâché le stabilisateur, le Lak 17 efface la piste très rapidement. Les gouvernes soufflées sont tout de suite efficaces et répondent instantanément aux ordres données par son pilote. Concernant la distance nécessaire au décollage, le bougre n’est vraiment pas gourmand ! Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Photo OB

Sa vitesse de sustentation atteinte, le Lak-17B FES maintenu sur son train très léger (500 g) fabriqué avec de nouveaux matériaux composite décollera tout seul sur moins de 30 mètres de distance si il n’y a pas de vent. Face au vent, 15 à 20 mètres suffiront seulement pour que cet oiseau de 6 mètres d’envergure puisse regagner son élément ! Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Photo OB

Le décollage s’effectue en quelques secondes… Avec un planeur totalement autonome, fini les soucis de remorqueur au moteur thermique à essence – qui souvent à la dernière minute sur l’aire d’envol – ne veut plus démarrer. Et là, c’est mon expérience vécue sur le terrain qui vous parle ! Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Photo OB

La caméra Mobius enregistre la scène à 30 images/seconde. Le moteur pédale à vive allure pour gagner très rapidement une altitude sécurisante. Alors que j’étais en train de photographier cette grande créature, Michel coupe soudainement le moteur et me propose aussitôt de le piloter. Il me passe les manettes, très impatient que je lui livre à chaud, mes premières impressions ! Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Photo OB

Difficile de garder les pieds sur terre quand on a piloté le dernier né de la gamme MCM ! Je me suis tout de suite senti en confiance avec ce 6 mètres entre les mains. « Facile, très agréable à piloter et la réponse à l’inertie des ailes sur l’axe de roulis est immédiate » furent les premiers mots sortis de la bouche lorsque j’ai piloté pour la toute première fois ce grand planeur RC ! Mes plus grands modèles ne mesurant que 4 mètres d’envergure, je tiens à vous préciser que je suis loin d’être un grand spécialiste en matière de grands planeurs radiocommandés. Bien entendu, j’ai eu la chance de piloter comme probablement nombreux d’entre vous, et ce, au moins une fois dans ma vie de modéliste, des planeurs de plus de 6 m d’envergure mais mon ressenti à l’époque était bien différent. Je ne dis pas cela pour rassurer ou bien faire plaisir à Michel, car voyez-vous, il m’arrive parfois d’être en désaccord avec lui sur certains de ces propos. Ce planeur est tout simplement remarquable, très sain à piloter et conviendrait même très bien pour se former au pilotage d’un grand planeur RC. Parce que les ailes coffrées sont légères, rigides et les gouvernes très bien dimensionnées, piloter un 6 mètres en toute confiance est devenu une réalité avec le Lak-17B FES de Michel Clavier Modélisme. Sa maniabilité et sa stabilité en vol est vraiment bluffante ! Il ne chute quasiment pas et sa finesse excellente est comparable à celle de l’ASW 22 (finesse 30) mais avec une masse deux fois moins importante car ce Lak 17 ne pèse que 8.2 kg en ordre de vol ! Photo Noël

L’intérêt d’un planeur léger, c’est bien sa facilité de pilotage et tout réside dans le secret de sa fabrication ! Lorsqu’un fabricant conçoit un modèle réduit, soit il fabriquera un planeur chargé en utilisant un profil épais pour des raisons mécaniques ou soit il le fera le plus léger possible en adaptant un profil plus mince. Certes, un planeur lourd prendra plus facilement de la vitesse mais pourra plus facilement décrocher en spirale à basse vitesse. Néanmoins, le concept aérodynamique et structurel du Lak est vraiment très poussé… Le fuselage a été optimisé en remplaçant l’utilisation des tissus traditionnels par des tissus bi-biais (unidirectionnels cousus). Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Photo OB

Le décrochage à basse vitesse est bien prévisible et il faut vraiment tirer sur le manche de profondeur pour voir le Lak 17 basculer sur le nez. La réponse de la dérive est excellente, le grand bras de levier permettant d’utiliser un petit stabilisateur pour limiter la traînée. En vol, cette grande cigogne aux ailes majestueuses a vraiment de la prestance. Avec le double dièdre de la voilure, la stabilité en spirale est exemplaire et cette dernière est vraiment confortable dans les thermiques. Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Photo OB

Avec une gouverne de direction diaboliquement efficace, culotté et sans vraiment aucune appréhension, je me suis même amusé un temps soit peu à piloter « 2 axes » ce géant des airs dans les nombreuses bulles de convection qui fleurissaient à foison au-dessus du sol. Chose inouïe avec un modèle d’une telle envergure, j’ai pris un malin plaisir à spiraler serré à quelques dizaines de mètres de hauteur – sans nullement au moins une fois – m’être fait peur. Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Photo OB

Durant ces deux séances de vol, alors que Michel Clavier vient de reprendre les commandes, Noël Thomé n’en loupe pas une miette et savoure l’instant avec délicatesse. Le Lak-17B FES se laisse porter dans une masse d’air instable au grès des courants ascendants. Il faut se rendre à l’évidence, en prenant de la hauteur, l’oiseau est très vite satellisé. Mais Dieu merci, grâce à sa voilure généreuse, il est encore bien voyant. Défiant les lois de la pesanteur, l’oiseau blanc tente de gravir les marches au plus vite pour atteindre les plus hauts sommets. A cet instant, les aérofreins puissants le rappellent à l’ordre. Le temps se faisant menaçant, le moment est venu de redescendre sur terre. C’est bien connu, toutes les bonnes choses ont malheureusement une fin ! Photo OB

Avec un modèle d’une telle envergure, l’atterrissage n’est que formalité ! Tout en gardant une pente de descente constante, les ailes sont gardées à inclinaison nulle. Comme me l’avait signifié Michel quelques mois auparavant, ce planeur est vraiment fumant ! Durant ces séances de vol au côté de cet artisan réputé, piloter à cette seconde ce Lak 17 au vol époustouflant était devenu pour moi chose facile, un véritable jeu d’enfants. Michel Clavier avait donc raison : de part sa façon de fabriquer des planeurs très simples à prendre en main, dompter un planeur de 6 mètres d’envergure est devenu tout à fait possible. Ce Lak-17B FES correspond tout à fait à mes attentes ! Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Photo OB

Etant à la recherche d’un grand planeur confortable et efficace en vol thermique pour évoluer avec mes petites protégées, je viens enfin de trouver le mouton à cinq pattes qu’il me manquait dans l’atelier. Cette liberté n’a pas de prix dans les Barthes de l’Adour et mes Cigognes blanches devraient très vite l’apprivoiser ! Bons vols avec votre Lak 17 MCM ! OB Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Photo OB

Publicités
Cet article, publié dans Planeur RC, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Le LAK-17B de Michel Clavier Modélisme

  1. Ping : Le LAK-17B FES de Michel Clavier Modélisme | Passions – Aéro

  2. Salut Olivier,
    De plus en plus tenté par les GPR, cette grande plume serait idéale. Maquette autonome grâce à son moteur idéalement dimensionné, voilà un modèle alliant réalisme, modernité et performance.
    Serait-ce une approche de la perfection ?
    ++,
    Mika

    • Olivier BRUNI dit :

      Mika,
      Une approche de la perfection, je ne sais pas mais il conviendra avant tout pour le vol thermique. Il est extrêmement gratteur et j’ai été séduit par son mode de décollage autonome qui est enfantin à réaliser. C’est une valeur sûre, il est d’une très grande facilité à piloter, n’a rien de vicieux. Il est pour moi tout simplement parfait ! Fini de faire la queue dans l’entonnoir en attendant son tour pour se faire remorquer ! C’est bien connu, on est jamais si bien servi que par soi-même ! OB

  3. Christian dit :

    Salut Olivier ,
    Merci pour ce reportage et les jolies photos, je crois bien qu’il fera aussi partie de ma collection l’année prochaine. Je trouve ce Lak 17 très bien adapté à la motorisation électrique et connaissant les réalisations de Michel Clavier (ASW 22 et le célèbre Crystal), nul doute que la qualité et l’expérience sont là !
    A très bientôt.
    Christian

    • J’ai vu le Lak 17 décoller au Semnoz lors de la réunion du début de l’été. Ce planeur est superbe et ses trajectoires très pures. Ce sera sans aucun doute encore une grande réussite de cet excellent artisan qu’est Michel Clavier. J’ai piloté plusieurs de ses planeurs en plaine ou en montagne et en particulier son Salto, excellent en voltige classique. Le Lak est taillé pour le vol de durée et son autonomie permet d’envisager souvent de longs moments de chasse à la bulle, autre voie du modélisme planeur, et ce avec un modèle qui a plus que du charme.
      François

  4. Ping : Voler dans les massifs de Savoie avec Michel Clavier Modélisme | Passions – Aéro

  5. Ping : Le LAK-17B FES MCM de Passions – Aéro | Passions – Aéro

  6. Nicolas Bernhard dit :

    Bonjour Olivier,
    Qu’en est-il du comportement de ce Lak lorsqu’on pousse un peu sur le manche ? Il est bien entendu que ce n’est pas un planeur de vitesse mais je possède moi-même un Stemme S10 de MCM qui est capable de passages piste à 180/190 km/h au GPS. Je voulais savoir s’il est possible de lui faire prendre du badin et si la construction le supporte bien.
    Merci,
    Nicolas

    • Olivier BRUNI dit :

      Bonsoir Nicolas,
      Lorsque l’on pousse sur le manche de profondeur, le planeur accélère assez rapidement. A l’heure actuelle, je n’ai pas encore eu l’occasion d’effectuer des prises de badin avec le Lak 17 mais ce que je sais, c’est qu’il n’a pas été conçu pour réaliser des passages aux alentours des 190 km/h. Pour plus d’informations techniques quant à la construction du modèle, veuillez contacter MCM qui saura bien évidemment répondre à toutes vos questions et ce, dans les moindres détails. Le Lak-17B FES MCM est un planeur orienté uniquement pour le vol thermique, la voltige est donc à proscrire, telles sont les recommandations préconisées par MCM ! OB

  7. Ping : Voler en montagne avec Michel Clavier Modélisme | Passions – Aéro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s