Des winglets sur les ailes de l’Airbus A380


En 1974, alors qu’il était ingénieur aéronautique à la NASA, Richard T.Withcom a révolutionné le monde de l’aviation en développant le concept des winglets… Proposé par la chaîne Direct 8, ce reportage d’une durée de 50 minutes est vraiment très intéressant ! OB

S’inspirer du vivant pour mieux tirer parti des solutions et inventions produites par la nature ! Vous l’aurez compris, l’Airbus A380 doit son existence à des découvertes et à des inventions qui n’ont rien à voir avec l’aéronautique… Photo OB

Les contraintes de taille de l’A380 ont été fixées par Airbus en concertation avec les principales compagnies aériennes car des ailes trop longues peuvent poser des problèmes dans les aéroports... Cliquer sur l’image pour découvrir l’album photos d’avions-cargo civils, militaires et commerciaux réalisé par Alain Dubau sur l’aéroport de Nantes Atlantique. Photo AD

La hauteur maximale ayant été fixée à 24 mètres, le plus grand avion du monde ne devait pas dépasser 80 mètres en longueur et 80 mètres en largeur. Ceci afin de pouvoir décoller et atterrir dans la plupart des aéroports internationaux, mais aussi pour éviter les collisions lors de ses déplacements au sol. Photo AD

Sachez que si les ailes de nos avions de ligne avaient été construites de manière conventionnelle, elles auraient dû être encore plus grandes de façon à réduire le tourbillon marginal qui se forme en bout d’aile. Photo AD

Pour faire voler ce mastodonte des airs, l’homme s’est tout simplement inspiré des bienfaits de la nature. Photo AD

C’est en observant les oiseaux planer comme cette Cigogne blanche dans les courants ascendants que l’être humain a pu régler ce problème de tourbillons. Recourbées vers le haut, les rémiges primaires des oiseaux planeurs font office de barrière d’air et réduisent considérablement les turbulences de sillage… La nature est bien faite ! Photo AD

Correctement positionnée, l’ailette verticale marginale (winglet ou sharklets, nom donné par Airbus) a pour effet d’augmenter l’allongement effectif de l’aile, de réduire la traînée induite par la portance sans augmenter l’envergure de l’aile. Les winglets permettent également d’économiser du carburant. Photo AD

De manière à pouvoir utiliser les installations des aéroports existantes sans avoir à réaménager les infrastructures, l’A380 fabriqué par Airbus – dont l’envergure a été ramenée à 79.80 mètres grâce aux bonnes propriétés physiques des winglets – remplit la condition requise. OB  Photo AD

Publicités
Cet article, publié dans Cigogne blanche landaise, Planeur RC, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Des winglets sur les ailes de l’Airbus A380

  1. Ping : Les Cigognes blanches landaises | Passions – Aéro

  2. DUBAU dit :

    Salut Olivier,
    Un beau reportage sur l’A380 avec en prime quelques unes de mes photos ! Merci mon ami !
    Pour info, il faut savoir que Boeing avec son nouveau 777 X8 et X9 s’est inspiré des avions embarqués et aura le bout des ailes repliables pour gagner de la place au roulage. Affaire à suivre…
    Alain

  3. L’avion à plumes a l’air d’avoir une gestion des vortex de bout d’aile très sophistiqué !
    Gilles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s